Naveta d'es Tudons

Histoire de Minorque

Minorque a été, depuis la préhistoire jusqu'à temps récents, un lieu de passage pour différentes cultures à cause de sa situation stratégique au centre de la Méditerranée occidentale, ce qui a favorisé que depuis du printemps des temps, différents peuples ont convoité l'île comme port d' escale et refuge.

talaiot

Uns et autres ont laissé un légat historique à l'île, ce qui fait du plus orientale des territoires des Baléares une terre avec un éminent patrimoine.

Ce pour ça que les historiens et archéologues ont considéré que Minorque constitue une authentique musée en plein air.

Sa préhistoire et son histoire sont si intenses que semblent impropres d'un territoire de si petites dimensions.

naveta des tudons

On a constaté le présence humaine à Minorque au début de l'Âge de Bronze (2000 avant Christ), moment où reçoit le nom de période prétalaiotico et que nous a laissé d'importants monuments funéraires comme les sépulcres mégalithiques, et les tombeaux collectifs nommés "navetas", la plus connue est la Naveta des Tudons, ainsi comme petites villages formés par chambres absidales.

Vers le 1400 avant Christ, le processus évolutif de cette culture produit grandes constructions de pierre connues comme "talayots", mot que nomme la période plus riche de la préhistoire de l'île, le "talayótico".

Dans ce moment, grands villages comme Trepucó, Torre d'en Galmés ou Son Catlar, font leur expansion, tous avec un singulier monument de culte nommé "taula" (table); et les caractéristiques nécropoles constituées par dizaines de grottes excavées artificiellement aux falaises de la côte comme Calascovas ou Cala Morell.

talaiot en son catlar

La culture autochtone, basée basiquement en constructions cyclopéennes, reçu très tôt d'importantes influences externes provenantes de peuples commerciaux en expansion comme les carthaginois, établis à Ibiza, qui se font sentir surtout dans l'introduction de nouveaux outils et ornements.

Finalement, l'an 123 avant Christ se produit la conquête romaine qui porte la transformation des peuples "talayóticos" et la prépondérance de trois cités à côté d'importants ports: Mago (Maó), Jammo (Ciutadella) et Sanisera (Sanitja).

De la fin de l'époque romaine nous restent les intéressantes basiliques paléochretiennes, d'entre elles on doit remarquer celle de Son Bou et celle de Fornás de Torelló qui conserve une intéressante mosaïque. Toutes du siècle V après Christ.

Après cette date Minorque vécut le moment moins connu de son histoire jusqu'à l'an 903 où les musulmans l'annexent au califat de Córdoba.

catedral ciutadella

On trouve nombreux fragments céramiques de cette époque dans quelques villages "talayóticos", mais le peuple dût être très rural, bien que les sources écrites nous parlent d'une riche economie et culture littéraire. Il faut remarquer de cette époque les restes du château de Santa Águeda à Ferreries, fortification islamique que fut démolie aux temps de Pedro el Ceremonioso quelques années après la conquête de Minorque par la Couronne d'Aragón.

Depuis l'an 1287 l'île vit les avatars de la couronne d'Aragon et à postériorité du royaume de Mallorca. Ce sont les siècles de la fondation des peuples de l'intérieur de l'île comme Alaior et Ferreries. De cette époque vaux la peine visiter la Cathédrale gothique de Ciutadella et se promener par les rues de la vielle ville de cette cité.

Les moments plus tragiques de l'histoire de Minorque se passent pendant le siècle XVI, à cause des incessantes incursions des pirates qui produissent une grande instabilité aux habitants et qui auront sont point culminant de destruction à cause des attaques turcs de Maó (1535) et Ciutadella (1558). L'île presque fut abandonnée quand Felipe II prit la décision de construire la forteresse de Sant Felipe à l'entrée du Port de Maó et quelques des tours de défense de la côte comme celle de Sant Nicolau à Ciutadella.

fortaleza mola

Au siècle XVIII Minorque est encore impliquée aux avatars d 'Europe et, à conséquence de la Guerre de Succesion du trône de l'Espagne, passe à mains des anglais (1713). Pendant cent ans l'île sera anglaise avec quelques courtes périodes de domain français et espagnol. Les anglais renforcèrent les défenses en construisant des tours à la côte, comme celles qu'on peut voir au port de Maó ou Fornells, et le Fort Marlborough à la crique de San Esteban.

Les siècles XIX et XX sont cosmopolites comme les antérieurs, le premier à cause des continuelles arrivées des escouades étrangères au port de Maó, que pendant les premiers ans fut port franc. De ce siècle sont le Lazareto et la Forteresse d'Isabel II à La Mola, les deux au Port de Maó.

Les deux siècles sont témoins d'époques d'extrême pauvreté et d'autres de prospérité grâce à la naissante industrie et comerse.

Le siècle XX se caractérisa par l'équilibre entre les secteurs économiques primaire, secondaire et tertiaire, jusqu'aux ans 80 où le tourisme a été le secteur plus développé, ce qui a causé une occupation du territoire qui a menacé l'image que les touristes ont de nôtre île, et qui a été refrénée grâce à la déclaration de Reserve de la Biosphère et de la conscience populaire existente pour sa préservation.

cales coves

L'offre culturelle est large et variée à Minorque. Méritent une attention spéciale les nombreux villages et monuments préhistoriques, distribués par tout le territoire de l'île: la Naveta des Tudons, Torralba den Salord, Torre den Gaumés ou Cales Coves, entre beaucoup d'autres.

Les musées sont nombreux: Musée de la Nature à Ferreries; Musée Diocésain et Musée Municipal des Bastió de Sa Font à Ciutadella; Musée de Menorca et Musée Hernández-Sanz à Maó; et Musée Militaire et le Fort de Marlborough à Es Castell.

Les principaux événements culturels de l'an sont: La Semaine Internationale de l'Opéra à Maó; le Festival de Musique de l'Été et les Concerts de la Capella Davídica à Ciutadella; en plus des festivals internationales d'orgue à Santa Maria, Maó, et la Cathédrale à Ciutadella.

En plus, les concerts de jazz sont très demandés et on les incorpore de plus en plus à l'offre musical de l'île.

top